mercredi 6 février 2013

Une bataille perdue mais pas la guerre [coup de gueule !]

Hier ProfeZorro a perdu patience avec sa classe de petits monstres fous furieux. Et c'est la première fois que ça lui arrive ! 29 petits monstres issus de deux classes différentes en cours de langue, serrés les uns contre les autres en rang d'oignons, il y a de quoi perdre les pédales...Il faut savoir que ces petits monstres ont été séparés dans des classes différentes car ensemble le mélange est explosif. Malheureusement pour ProfeZorro, ces petits monstres se retrouvent trois fois par semaine à 29 dans sa classe.
 
Comme ProfeZorro est nouveau dans l'EPLE, il n'a rien dit. Et ce, même si l'article 23 bis du décret du 29 juillet 1992 stipule: "au deuxième degré de l'enseignement général, les classes ne peuvent compter en moyenne plus de 27 élèves; les cours de laboratoire ne peuvent compter en moyenne plus de 16 élèves".
 
-Petite digression-
ProfeZorro l'a bien compris, on saborde les conditions d'enseignement et d'apprentissage au profil de l'économie des moyens. Parce qu'il est plus important de garder les sous, de les faire fructifier au lieu de construire une future société de citoyens épanouis, curieux et capables de réfléchir et/ou de critiquer par eux-mêmes. Nous sommes dans une éducation des générations capitaliste qui, au lieu de voir sur les changements possibles et solides sur le long terme, préfère se concentrer sur le court terme: de l'argent ici et maintenant ! Et ProfeZorro passe sous silence les restrictions de budget supplémentaires pour l'année à venir (mais il n'en pense pas moins...).
 
Les SuperProfs, s'ils choisissent ce métier, c'est avant tout par passion et non pas pour (se)faire de l'argent. Ils ne travaillent pas dans une usine ou dans une "entreprise de gavage intellectuel d'élèves". 
 - Fin de la digression et retour à la mésaventure de ProfeZorro-
 
Vu que ProfeZorro est dans 8 salles différentes, il a demandé à ce qu'on lui rajoute des tables et des chaises pour caser tout le monde.
Sauf que Parfois des tables et des chaises disparaissent:
- Monsieur il manque une table...
- Je te donne ma chaise et tu partages la table avec ton voisin.
 
Et, dans le fameux groupe à 29, il y a 5 super-monstres. Ces 5 super-monstres s'ennuient au collège et détestent le collège. Ils seraient pourtant tellement mieux à apprendre un métier au lieu de rester toute la journée assis sur un banc: fichu Collège Unique !!!! Ils ne trouvent donc rien de mieux que de saborder parfois les cours de ProfeZorro et d'entraîner dans leurs "délires monstrueux" tous les autres petits monstres.
ProfeZorro a tout essayé avec eux: être gentil, être méchant, a encouragé, a puni, a félicité, a téléphoné aux parents, a donné des bonnes notes,...
Jusqu'à ce que ProfeZorro ne trouve la SOLUTION: le plan de classe. Vu qu'il est dans trois salles différentes avec cette classe, il a fait 3 plans de classes (il a passé plus de deux heures à y réfléchir).
 
"Gnnnnnnnnngnngngngngn (réflexion intensive), si je mets Bidule à côté de Tartampion, il trouvera le moyen de l'embêter alors que si je le mets contre le mur et tout seul devant, il se sentira obligé de suivre..."
 
Le plan de classe a très bien fonctionné pendant 3 semaines. Les élèves ont été plus calmes, se sont mis au travail. ProfeZorro a mis le plan de la séance au tableau et a estimé que s'il n'arrivait pas à boucler le tout dans l'heure il considèrerait que le cours a été vu. Et règle supplémentaire soit les petits monstres se taisent soit ProfeZorro se tait. Les petits monstres ont essayé de jouer, ProfeZorro a attendu sagement à son bureau qu'ils se calment. Après 20 mn, les petits monstres ont compris mais ProfeZorro n'a pas pu terminer son cours en moins de 40 mn. Le lendemain, Profezorro a fait une évaluation sur l'intégralité du cours (dont les 20 mn qu'il n'a pas eu le temps d'aborder) et les petits monstres se sont tous plantés (oui, oui même avec des questions cadeau du style: Quel est le titre du document ?). Forcément quand on ne voit pas tout le cours et quand on ne fait même pas l'effort d'ouvrir le cahier pour apprendre le cours qui a été pris...
En recevant leur note, les petits monstres ont compris.
Pendant 3 semaines, ProfeZorro n'a pas reconnu ses petits monstres: ils participaient et ils ont même dit à la sonnerie "Déjà ?!" (ce qui a fait super plaisir à ProfeZorro). ProfeZorro était même en avance avec eux par rapport aux autres classes (surprenant !).
 
Tout a changé hier pour une raison que ProfeZorro ne peut pas expliquer. Les petits monstres sont rentrés comme des boeufs en classe. ProfeZorro a attendu comme d'habitude: 5 mn (ils vont se calmer), 10 mn (ils ne devraient plus tarder à se calmer), 20 mn (peut-être qu'ils vont se calmer), 30 mn (Ils ne se calmeront jamais).
Et là, tout le monde de ProfeZorro s'écroule autour de lui. Toutes les astuces mises en place pour amméliorer les conditions de cours, tout le temps passé à faire des plans de classe, tout le travail mené en amont est parti en fumée. ProfeZorro avait juste envie de pleurer. Mais hors de question de pleurer devant les petits monstres.
Alors ProfeZorro a envoyé un petit-monstre chercher un big-brother (qui a le pouvoir de tout surveiller). Une big sister est arrivée. ProfeZorro a donc rangé ses affaires en prévenant les petits monstres que tant qu'ils leur manqueraient du respect, ils ne le méritaient pas.
Puis ProfeZorro, dans un claquement de cape et de porte, est sorti.
ça fait du bien de vider son sac de temps en temps (c'est la toute première fois pour ProfeZorro): et ProfeZorro a eu l'appui de la hiérarchie: "Ce sont des petits c......!"
 
De plus, tous les superprofs étaient là pour remonter le moral de ProfeZorro (mails, coups de fils, textos,...). Cela fait du bien et chaud au coeur une telle solidarité. ProfeZorro a perdu une bataille mais pas la guerre. Hors de question de finir comme tous ces super-héros morts au combat !
ProfeZorro ne s'est pas enfui mais a fait un simple repli stratégique. Il est maintenant prêt à en découdre une bonne fois pour toute avec ces monstres fous furieux.
 
Mais pour l'instant, ProfeZorro reprend des forces dans son antre secrète avec son chant d'indiens magique et apaisant. Celui-ci est tellement magique qu'il chasse les mauvais esprits de la colère du corps de ProfeZorro et réaligne aussi tous les chakras (déplacés par une journée de bataille contre des petits monstres fous furieux).

La hache de guerre est déterrée !
 
 
 



1 commentaire:

Audrey a dit…

Courage ! ça nous est tous arrivé ! Et puis un héros n'est un héros que parce qu'il surmonte toutes les épreuves ;-)

Enregistrer un commentaire